Affliger l'Esprit de Réveil - G.D WATSON

Publié le par evangile.972

Un véritable réveil est premièrement l’œuvre du Saint-Esprit, dont la profondeur et l’intensité dépendent en grande partie du nombre de personnes qui sont en union parfaite avec le Saint-Esprit.

En temps de réveil, toutes les forces spirituelles arrivent à un point de crise, aussi bien les bonnes que les mauvaises. Satan est présent pour coaliser tous ses enfants contre une profonde œuvre de la grâce. Il sera aussi actif dans la société, se fabriquant toutes sortes de troubles sociaux agissant contre le réveil. Il influencera tous les croyants faibles, au cœur partagé de toutes les manières possibles pour les liguer contre une œuvre profonde. Il fera tout pour décourager les ouvriers. Il les rendra malades ou minera leur zèle, ou les tentera d’une certaine façon pour qu’ils attristent le Saint-Esprit.

L’Esprit est plus souvent attristé par des choses secrètes que par des choses qui sont extérieures et visibles.

En temps de réveil, il est presque impossible d’avoir six personnes d’une grande communauté qui soient pleinement en accord de cœur.

Il se peut qu’il y ait une confession extérieure d’unité, et que personne ne détecte le moindre signe de dysharmonie, et pourtant le cœur humain est si trompeur, et les conditions intérieures de l’harmonie parfaite requièrent un désintéressement et une transparence à l’Esprit si absolus, que très peu de personnes parviennent jamais à s’y conformer selon le point de vue de Dieu.

Ce qui suit dépeint quelques unes des choses qui attristent le Saint-Esprit et L’entravent dans les réveils :

1.UN ESPRIT DE CRITIQUE.

Je ne veux pas parler d’une réprimande ouverte du péché, car Dieu nous commande de le faire dans Sa Parole. Je ne parle pas non plus des justes reproches adressés à des personnes se comportant mal dans une réunion, car cela est nécessaire, et aucun groupe d’adorateurs ne devrait être dérangé par des mauvaises conduites.

Mais je veux parler de ceux qui prétendent être sympathisants de l’œuvre de Dieu, et qui pourtant ont un esprit de critique contre les dirigeants de la réunion, ou contre les méthodes de travail qui ont été adoptées. Même si cette critique n’est pas formulée des lèvres, elle entrave grandement le Saint-Esprit. Il y a souvent dans l’Eglise une capricieuse et têtue disposition à chercher les fautes d’autrui, à surveiller les défauts parmi les enfants de Dieu, à repérer des défauts dans la louange, la prière, ou la prédication. Tout ceci constitue une énorme barrière au flot du Saint-Esprit. De telles personnes sont trompeuses, difficiles à contenter, et quelles que soient les excellences qu’elles peuvent avoir, elles sont clairement un obstacle à l’œuvre de Dieu. Il y a toujours une compagnie d’esprits mauvais qui s’amassent autour de ces personnes pour neutraliser tout le bien qu’elles essaient de faire.

2.UN ESPRIT DE CRAINTE.

La timidité, la lâcheté morale, la crainte de l’opinion publique, la crainte de la famille et des amis, qui empêche des personnes d’avoir un rôle décisif et audacieux dans l’église; qui les empêche de diriger la prière, ou de donner un témoignage public, ou de parler à des âmes à propos du salut personnel, toutes ces craintes dans l’esprit afflige grandement le Saint-Esprit. Certains ont peur que Dieu les surcharge de travail, ou exige d’eux une consécration au-dessus de leur force, et alors ils ne parviennent pas à s’abandonner entièrement au Seigneur. Bien qu’ils tentent de se rendre utiles dans l’église et pensent aider remarquablement, par cette misérable crainte CACHEE dans leur cœur, qui est l’essence même de la désobéissance devant Dieu, ils font grandement obstruction à la puissance de l’Esprit !

3.LES OPINIONS PROPRES ATTRISTENT GRANDEMENT L’ESPRIT.

Beaucoup de réveils sont bloqués complètement parce que des personnes éminentes dans la réunion s’attachent de façon entêtée à une mauvaise formation, ou à de veilles notions théologiques. Certains peuvent avoir des vues anti-scripturaires sur le péché inné, ou sur la croissance dans la pureté de cœur, ou sur l’annihilation des méchants. D’autres peuvent avoir des préjugés sur les manifestations de l’Esprit, ou sur la guérison divine. Ces choses sont des obstacles invisibles à l’opération de l’Esprit. Le fait d’être enseignable et la volonté de n’avoir que des vues scripturaires sont la condition préalable à la venue de la puissance de Dieu.

4.UN ESPRIT DE RESERVE VIS-A-VIS DE DIEU EST UNE AUTRE CAUSE D’ATTRISTEMENT DU SAINT-ESPRIT.

Dans tout réveil, il y a tant de personnes qui sont, dans leur nature profonde, liés à un conservatisme prudent qui les retient d’un plein abandon à Dieu et à Son œuvre. Ils se vanteront de vouloir des choses si merveilleusement grandioses. Et néanmoins, ils cachent leur refus inexprimé d’être et de faire tout ce que le Seigneur veut, ou de souffrir tout ce que le Seigneur veut qu’ils souffrent. Ils se retiennent consciemment, de peur de glisser d’un certain endroit escarpé pour tomber noyé dans l’océan de la volonté de Dieu. Ce contrôle interne d’eux-mêmes non seulement empêche leur propre plein salut, mais empêche l’Esprit de les utiliser pour la bénédiction d’autrui.

5.PLANIFIER L’ŒUVRE DE DIEU.

Au début de la plupart des réveils, il s’agit là d’une chose presque universelle pour ceux qui sont les plus enclins à former quelque plan dans leur propre pensée sur la façon doit Dieu devrait venir et comment l’œuvre devrait être faite. Chacun s’érige une norme concernant les personnes qui devraient conduire l’œuvre ou la façon dont celle-ci devrait être conduite, ou les démonstrations divines qui devraient survenir. Ainsi donc, il existe un grand nombre de programmes mentaux qui sont invisibles à l’œil du commun des mortels, mais qui se dressent comme des baïonnettes antagonistes devant l’œil qui voit tout, et le Saint-Esprit béni qui lit les pensées et les motivations du cœur, se retrouve Lui-même sous le joug d’ordres que Lui dictent les personnes même qui professent extérieurement qu’ils veulent que Dieu utilise Sa méthode.

6.L’ESPRIT EST ATTRISTE PAR NOS VUES LIMITEES SUR LA PUISSANCE DE CHRIST.

Souvent, Dieu veut commencer par les conducteurs d’une réunion en les conduisant dans un tout nouveau baptême de feu ou dans une nouvelle profondeur de renoncement à eux-mêmes. Mais leurs vues rigides et étroites de la grâce salvatrice de Dieu est un obstacle précis à la puissance de l’Esprit. Par conséquent, les personnes qui sont dirigées par de tels responsables souffrent souvent de vues limitées de la puissance salvatrice et sanctifiante de Christ.

7.L’ESPRIT EST SOUVENT ATTRISTE LORSQUE LE TEST DE L’OBEISSANCE ECHOUE.

Il se peut que ce soit une question de restitution ou de réconciliation, ou la confession d’un état rétrograde, ou l’abandon de quelques péchés tolérés. Il y a eu des réunions où deux ou trois personnes remarquables avaient lamentablement échoué dans leur obéissance à Dieu concernant quelques points de test, et l’œuvre fut un échec; l’Esprit, attristé, fut chassé, Satan et ses anges noirs triomphèrent et l’œuvre de Dieu reportée pour bien des années.

8.L’ESPRIT EST SOUVENT ATTRISTE PAR NOTRE RETICENCE A ALLER AU-DELA DES AUTRES.

Dieu désire souvent que quelques uns d’entre nous allions embrasser Sa volonté dans des lieux de la prière, de la foi et de l’obéissance, situés même au-delà de ce que d’autres partisans de la sainteté consentiraient à aller. Lorsqu’Il appelle à le faire, si nous nous arrêtons pour nous mesurer aux autres, et nous comparer aux autres, il se peut que nous fassions considérablement obstacle à l’œuvre de la grâce. Dieu peut renverser les obstacles découverts et reconnus à Son œuvre beaucoup plus facilement que les barrières cachées dans les cœurs de Son peuple.

 

Source: Sentinelle de Néhémie

Auteur: G-D WATSON

Publié dans Réveil

Commenter cet article